Comment soigner ou diminuer le mal de transport sur la réalité virtuelle ?

0
3878

La réalité virtuelle est formidable pour beaucoup de personnes. En revanche, pour d’autres, le monde virtuel est loin d’être plaisant. Et pour cause, quand elles y entrent, elles souffrent du motion sickness. Il s’agit d’un malaise qui s’apparente au mal de transports ou au mal de mer

Il fait partie des effets secondaires liés à l’utilisation d’un casque de réalité virtuelle et, malheureusement, il touche des milliers de personnes. D’après une enquête menée par l’éditeur de jeux vidéo Ubisoft, environ 45 % des utilisateurs de casques VR sont touchés par le mal.

Contrairement à ce qu’on pense, les malaises dus au motion sickness ne sont pas juste fréquents. Ils peuvent provoquer des maux de tête et de nombreux autres désagréments. 

Pour une personne qui souffre du mal de transport, éviter le transport constitue une possibilité à envisager. Cependant, elle est peu réaliste. De même, les personnes qui souffrent de motion sickness peuvent en réalité mettre en œuvre des astuces simples pour ne pas avoir des nausées. Découvrez des techniques pratiques pour soigner ou diminuer le mal de transport.

Qu’est-ce que le mal de transport ? 

Le motion sickness est le terme anglais qui désigne le mal de transport ou cinétose, il reste l’un des points faibles de la réalité virtuelle. En effet, comme ce mal n’affecte pas tout le monde, certaines personnes peuvent le ressentir et d’autres pas.

Par ailleurs, comme le mal des transports, le mal de voiture ou le mal de terre, il se manifeste lorsqu’il y a des informations contradictoires entre la sensation de mouvement que perçoivent les yeux et ce que fait le corps. En fait, avec les casques de réalité virtuelle, l’utilisateur est plongé dans le monde virtuel où il fait des mouvements. Mais dans le même temps, dans la réalité, son corps est statique, assis sur une chaise ou debout. 

Comment se manifeste la cinétose ? 

Lorsqu’il est porté, le casque de réalité virtuelle masque la réalité, ce qui entraîne des troubles de l’équilibre chez l’utilisateur. Les informations contradictoires entre le système vestibulaire et la perception visuelle débouchent sur diverses situations désagréables : vertige, envie de vomir, nausées et vomissements, migraine, sueurs, déshydratation, salivation, etc. 

Mal de tête dans la vr
Mal de tête dans la vr

Cependant, ce n’est pas tout. En effet, en raison de l’expérience immersive qu’offre le casque, les sensations d’inconfort peuvent se prolonger, même lorsque le périphérique est enlevé. Par exemple, le joueur peut :

  • avoir du vertige positionnel ; 
  • avoir des problèmes d’audition ; 
  • être dans un état nauséeux ; 
  • avoir la tête qui tourne.

Si certains développeurs de jeux sur la Playstation VR, Oculus Rift et sur les autres accessoires parviennent à empêcher le motion sickness, il faut noter qu’il n’existe pas une solution miracle au problème. Néanmoins, il y a des méthodes simples pour en réduire les effets.

Comment soigner le mal de transport ? 

Le mal de transport peut s’accompagner de fortes nausées et s’aggraver au fil du temps. Pire, il peut en découler un traumatisme chez le gamer.

1 – S’orienter vers les jeux qui prennent le mal de transport en compte

Afin d’éviter cette situation, les éditeurs de jeux développent de nouvelles solutions. Par exemple, ils intègrent des vignettes noires lors du déplacement afin d’éviter les effets vertigineux chez le joueur, le jeu Population One permet de configurer son niveau de confort avec la réalité virtuelle.

Population One
Population One

Cela dit, ce ne sont pas tous les jeux qui en sont équipés. De ce fait, pour éviter d’avoir envie de vomir ou avoir la nausée quand on veut faire de la simulation avec le casque, vous pouvez appliquer nos autres conseils. 

2 – Prendre le temps de s’habituer à la réalité virtuelle 

Si la réalité virtuelle peut donner la nausée, voici une recommandation toute simple pour l’éviter : prendre le temps de s’habituer. C’est exactement comme les nausées en début de grossesse, surtout en première semaine de grossesse, chez la femme enceinte. Elle finit par s’y habituer. De même, pour un gamer, il est important de s’habituer à la VR. En effet, les vertiges peuvent survenir simplement parce que la VR est une expérience nouvelle. Généralement, le symptôme de motion sickness s’estompe avec le temps.

3 – Le gingembre et les huiles essentielles

Contre les vomissements, le gingembre est un produit efficace. Il constitue également l’un des remèdes naturels contre les nausées. Par conséquent, un joueur qui se sent mal chaque fois qu’il entre dans le monde virtuel peut en prendre avant chaque session. Le remède peut être pris au moins 2 heures avant de jouer au jeu vidéo.

Si le gingembre est efficace, il est loin d’être le seul remède contre les symptômes du mal de transport. D’ailleurs, il peut susciter le dégoût chez certains consommateurs. Ces derniers préfèrent donc d’autres remèdes, dont les odeurs et les goûts sont plus supportables : menthe poivrée, huile essentielle de citron, huile essentielle de menthe poivrée, etc. Mastiquer un chewing-gum peut aussi être utile pendant le voyage.

3 – La consommation du cannabis

Le cannabis médical peut s’avérer très efficace pour soulager les nausées. En effet, lutter contre les nausées figure parmi les principales vertus de ce produit. Mais l’idéal est de prendre l’avis d’un professionnel de santé pour éviter la surconsommation. Celle-ci peut provoquer la pâleur du consommateur, une intoxication, un trouble de l’équilibration, des étourdissements, des envies de vomir, la perte d’appétit, etc. 

4 – Le port de bracelets sur le poignet

Afin de combattre le mal de route, il est possible de porter des bracelets. Ceux-ci peuvent aussi être mis à profit dans le cas du motion sickness. C’est le cas des bracelets Sea-Bands portés au poignet. Ils sont utiles pour l’acupression, car ils maintiennent une pression sur le point « Nei-Kuan ». Ainsi, même en cas d’accélérations ou de virages dans le jeu, le gamer ne ressent pas d’effet sur son système nerveux central.

5 – Supporter la réalité augmentée en prenant un médicament

En dernier recours et après avoir consulter un médecin, vous pouvez suivre un traitement médicamenteux à base de comprimés. À titre illustratif, il est possible de prendre des antihistaminiques. De même, on peut consommer de la Dramamine. Ce médicament permet de prévenir le mal. Il peut aussi calmer le sentiment d’instabilité chez le joueur. Tout dépendra de ce que votre médecin vous prescrira.

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici